01 février 2012

se sentir penser

J'essaye de toutes mes forces de ne pas mettre les gens dans des catégories comme on range les caleçons et les chaussettes de monsieur avec amour et détermination à ne rien mélanger.

Mais j'adore théoriser sur les gens et élaborer des concepts trop flous.

Les clichés rassurent, ils permettent à notre pensée vieillissante, de civilisation qui décline, de s'accrocher aux dernières lueurs d'un chateau en ruines. en rangeant les gens, il semble à nos esprits qu'ils rangent leurs pensées comme autant de pensées poussiéreuses qui attendent leur dernière heure.

Mais les clichés ne permettent pas à notre pensée de se régénérer, ils figent, ils glacent, ils calfeutrent de peur de nouveauté l'esprit trop vagabond.

A l'heure où l'on célèbre la bohème, son bourgeois, sa poésie, sa première dame de France posant l'an dernier pieds nus pour montrer à quel point elle se sent libre, on pointe comme une curiosité exotique et truculente, la moindre divergence.

On passe à la télé, parce qu'on est catho, parce qu'on est une famille nombreuse, parce qu'on est maman à 12 ans, parce qu'on part vivre au fin fond du Larzac. Tout sur le même plan celui de la bizarrerie, celle de ne pas avoir une famille avec un petit garçon et une petite fille et d'avoir deux parents qui travaillent, dans un appartement moderne et tout blanc.
J'aime la télé, pour le beau, le drole, le bête, le politique. Mais je n'aime pas l'idée qu'à tout moment mon choix peut faire partie de ces choses que l'on pointe du doigt. J'aime les reportages sur l'armée, j'ai horreur des reportages sur les familles nombreuses. J'aime parler de mon choix mais je n'aime pas qu'on parle de moi en disant "celle qui a sept enfants".

J'ai un nom à moi.

Que se passe-t-il si on laisse nos clichés de coté?

On regarde l'autre tel qu'il est. Une source d'enrichissement et d'émerveillement. C'est tellement reposant, de laisser notre esprit vagabonder, sur un schéma qui n'est plus le notre, le voir partir vers des pensées qui ne sont pas les notres, comme des paysages qu'on n'avait jamais songé à contempler.

Et on se surprend à aimer l'autre pour ce qu'il EST.

6

Posté par dianette76 à 00:40 - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur se sentir penser

    Vous écrivez incroyablement bien pour une maman de 7 enfants ....forcément catho ...
    Et oui on a besoin de cases pour classer les gens ...c'est tellement plus rassurant!!Dommage qu'on n'habite pas la même ville ,on pourrait être amies entre mamans de 7 nains !!!

    Posté par mae, 01 février 2012 à 01:17 | | Répondre
  • Amie provinciale... Amen
    Ici je suis "la Française" ou "celle qui n'a pas d'enfant" ... Yalla, le monde est ainsi fait.
    En France, pour les méchants (non, non, pas de nom): "celle qui a épousé un Arabe!"
    Décidément les gens ont un humour fouuuuu.

    Posté par Zélie, 01 février 2012 à 05:28 | | Répondre
  • 100% sur la ligne... oui combien c'est fatiguant ces clichés... eh oui on peut être maman famille nombreuse, travailler, aimer ses enfants... et aimer la vie...

    Posté par Floooo, 01 février 2012 à 09:00 | | Répondre
  • 1) trop jolie photo (qui en plus donne envie de soleil)
    2) ça te fait quand même, je trouve, une grande qualité, que de savoir dépasser ses propres jugements/clichés (que je trouve très humains, d'ailleurs une des phrases que je n'aime pas est "faut pas juger", ben si, c'est normal de juger, quand tu vois qqn tu ne peux pas t'empêcher d'avoir une idée de cette personne, en voyant son style, son look, sa façon de parler, selon ce que l'on sait de son histoire, son métier, son milieu social ... c'est normal, c'est bêtement humain et naturel et ça montre heureusement également un tantinet de connaissance sociologique, les clichés ne sont pas là par hasard, la reproduction sociale/culturelle/religieuse existe bien), en revanche, savoir dépasser ses a-priori, être positif vis à vis de ce que l'on ne connaît pas ou ce dont on n'est pas sûre, c'est une qualité réelle (et puis bon, hein, on est catho, alors faut bien qu'il y ait quelques aspects positifs à ça, à commencer par accepter l'autre dans sa différence - ou dans son conformisme d'ailleurs - se dire que chacun est unique - ce qui est d'ailleurs souvent plus vrai qu'on ne le pense, quand on creuse un peu, aimer son prochain quoi )
    3) je trouve qu'on est souvent surpris par les gens car on les met trop souvent dans des cases (sans juger ou viser, pour le coup, je me mets dedans aussi, on est tous pareil) et quand on connaît mieux les gens on découvre des choses qu'on n'aurait pas soupçonné! Un truc qui aide pas mal mon mari et qu'il a partagé avec moi, quand il rencontre des nouvelles personnes avec qui il n'accroche pas trop au début, est de se dire que ses meilleurs potes la première fois qu'il les avait vus - au collège ou lycée- il les avait trouvé super cons !! De mon côté, il m'est arrivé bien souvent de me dire "cette personne là c'est facile pour elle elle a toujours tout eu facilement" et de découvrir des drames personnels ou autres histoires difficiles que je n'aurais pas soupçonné, ça m'aide aussi justement à dépasser mes préjugés!
    Et ça me fait souvent rire (parfois moins!) quand on me met dans des cases ou qu'on se trompe à fond à mon sujet, car les gens jugent en fonction de la (mé)connaissance qu'ils ont d'un sujet!
    Les gens ont souvent été très surpris de nos choix, quand je me suis mariée jeune ou quand on a décidé de quitter Paris juste pour quitter Paris (quoi, mais avec vos études, ça ne va pas, on ne peut pas partir juste pour partir, mieux vaut rester encore qqs années si un poste génial vous ait proposé! ben non, on s'en fout, on a d'autres priorités)
    Entendu à l'époque où nous n'avions pas d'enfant
    -Alors c'est pour quand ce bébé, faut vous dépêcher, c'est dingue (ben écoute je tombe enceinte difficilement, c'est dur à vivre, surtout pour le premier bébé car on se demande si ça va arriver un jour, faire des examens pour voir si tout va bien - ouf oui, c'est juste "moyen- c'est loin d'être drôle)
    -Vous avez raison de ne pas faire d'enfant tout de suite, la carrière c'est important (ben écoute nous on aimerait bien fonder une famille, c'est plus important pour nous , ne disai-je pas!!)
    quand on a eu un enfant
    -Vous vous êtes mariés en 2007 vous ? -Non en 2006 ? -Ah bon mais votre fils a tel âge pourtant ? (venu de personnes pour qui quand tu te maries il est logique d'avoir son enfant dans la foulée!!)
    -quand on a eu notre 2è avec pile 2 ans d'écart : "ah vous avez bien calculé" (euh, non, du tout, ça a même été encore long, lol!)
    -quand j'ai créé ma boîte, j'ai eu évidemment de la part de certaines mères "quoi, moi je ne pourrais pas ne pas être à la maison auprès de mes enfants, tu comprends, je suis catho" (sic) ou, parce que j'ai les 2 avantages d'être à la maison + bosser, ou les 2 inconvénients selon ce que veulent voir les gens "tu dois t'ennuyer à la maison" (j'imagine que les mamans de 7 enfants doivent adorer celle là), "moi je ne pourrais pas rester toute la journée à ne faire que changer des couches" (c'est vrai, que faire d'autre dans sa journée?!!) etc. celles là tu dois en connaître à la pelle
    -les fameuses phrases sur les allocs (si si même avec un enfant ou deux on y a droit)
    -les remarques (oh la la ils sont tellement rapprochés) (c'est vrai 2 ans ouahou c'est ouf comme ils sont rapprochés)
    -mes potes de droite qui sont persuadés que je suis gaucho et ceux de gauche qui sont persuadés que je suis à l'ump (l'avantage quand on dépasse ses préjugés et qu'on s'ouvre un peu aux autres comme tu le dis à la fin de ton article, c'est que ça permet d'avoir des amis très différents, ce qui est plutôt très chouette, d'ailleurs!)
    -mes potes athées qui pensent que je suis dans une secte, ma famille non pratiquante qui pense que je suis mega tradi, ceux de la communauté dans laquelle on est en étape d'accueil et discernement qui voient combien on est "débutant" et qu'on découvre chaque jour un peu mieux à connaître Jésus
    -Ceux qui ont connu mon passé désastreux par pas mal de côtés et inracontable et qui hallucinent en voyant la vie que j'ai aujourd'hui, ceux qui me connaissent aujourd'hui qui sont persuadés que j'ai toujours été une jeune fille sage et rangée (ce qui montre aussi qu'au-delà des clichés qu'on a souvent à tort, les gens peuvent en outre changer!)
    -ceux qui me disent que j'ai l'air calme alors que j'ai un caractère (malheureusement) plutôt très impulsif / coléreux / imprévisible
    -que j'ai l'air douce avec mes enfants alors que je leur hurle dessus plus souvent qu'à son tour (pas bien, je sais)
    -et j'en ai des dizaines d'autres sur plein de sujet, sur mon caractère, sur mes loisirs, sur pas mal de choses!
    Bref je constate très souvent combien on peut être jugé à tort, qu'on peut se tromper sur les gens, ça permet aussi d'avoir du recul sur nos propres jugements!
    Si on s'ouvre un peu, on découvre souvent que les gens ont des masques, des carapaces, qu'ils sont tous plus riches qu'on ne peut l'imaginer, qu'ils valent tous quelque chose, et ce serait dommage de rater autant de vrais amis !
    Un prêtre nous disait de voir en chacun le fruit de l'amour de Dieu (et en soi même aussi, pour apprendre aussi à s'aimer soi, ce qui ne coule pas toujours de soi !)

    Posté par adeline, 01 février 2012 à 11:41 | | Répondre
  • mais c'est complètement génial ce post...j'aimerais même en causer pour de vrai avec vous...!

    Posté par aurel, 01 février 2012 à 14:10 | | Répondre
  • Keep it up, Dianette ! J'adore ton blog ! Je crois que celui là, c'est celui dont tu rêvais, non ?
    En ce qui concerne le sujet d'ici... Moi je suis la française, forcément bizarre et en plus mère de famille trèèèèès nombreuse pour le coin. Dès que mes enfants font les imbéciles dans la rue (ce qui veut dire, quasi tout le temps), et que je leur hurle dessus en français, hystérique que je suis, les gens pensent que je suis débordée, que je peux pas y arriver avec auuutant
    d'enfants. Ils sont fous ces français

    Posté par la française, 01 février 2012 à 15:42 | | Répondre
  • MDR le coup des cases je suis "casée" à fond je pense dans mon bled... FAF depuis 14 ans, donc avec ados, même pas catho .... y doit y avoir un truc )

    Posté par Sylvie L, 01 février 2012 à 16:43 | | Répondre
  • Je suis 100% d'accord. Mais c'est dur de lire que"1 garcon + 1 fille" c'est forcement la regle de LA case.
    Ben oui, j'ai 1 garcon et 1 fille. A 3 abs et demi d'ecart. La norme. Encore.

    Et les annees de traitement, et les fausses couches, c'est dans la norme aussi?

    Posté par Cecile P, 01 février 2012 à 22:56 | | Répondre
  • Diane, je te connais peu (très peu !) mais je me régale avec ton blog, surtout cet article ! Peut-être parce que je ne supporte pas l'idée d'être rangée dans une "case"...
    Merci et bravo; Tu écris bien !

    Posté par Elisabeth, 02 février 2012 à 14:48 | | Répondre
  • J'ai toujours eu l'impression que cette manie de caser les gens était typiquement française... Enfin, peut être pas mais quand même, c'est un art en France! Ca me rappelle mon arrivée dans "mon" pays à 16 ans dans un lycée de province. J'ai essayé tous les groupes (cases), bcbg, babas, punks, paysans, les ouvriers, les fils et filles de, les immigrés, un vrai babylone ce lycée et au final, je trouvais qu'ils se ressemblaient tous! J'étais très décue en fait...

    Posté par Parciparla, 02 février 2012 à 20:17 | | Répondre
  • J'adore !!!!
    Tu sais je me bats depuis toujpurs contre les cases
    Comme on a du mal a me mettre dans une on m'exclut
    Je derange je vais a la messe mais je porte des pulls Z&V
    Je travaille
    Ca c'est quand je suis chez les cathos
    Je n'ai que 4 enfants enfin 3 visibles
    Et a mon boulot je suis la catho
    Qu'on chambre si elle dit des gros mots
    Qu'on questionne pour rever un peu ou critiquer
    Ils ont du mal a comprendre qui je suis
    Ma seule porte de sortie est l'humour

    Posté par Lau', 02 février 2012 à 23:08 | | Répondre
  • Tellement vrai. L'autre jour j'arrive au boulot et une éducatrice du service me dit "oh là là, t'es bien habillée ! On croirait un médecin". Je suis restée sur le cu* !! Si tous les médecins s'habillaient bien ça se saurait...Dans le service ils ne s'habillent pas particulièrement bien. Et parce que je suis secrétaire je devrais être habillée comme un sac ???!!! ou sans goût ???!! En plus, une infirmière m'a fait la même remarque l'autre jour. Heureusement que je n'ai pas embrayé sur les préjugés et les clichés qu'ont certains sur les infirmières. ça lui aurait plu moyen.

    Posté par Ribambelle, 05 février 2012 à 18:50 | | Répondre
  • Quel message vrai! Parfois j'en ai tout simplement marre de me battre contre les étiquettes que les gens nous donnent. Alors parfois je réponds, je me défends et puis d'autres fois je me tais et attends simplement qu'ils se taisent pour passer à un sujet plus neutre. Là où nous habitons nous n'avons pas beaucoup de choix sur notre entourage alors on fait.

    Posté par Marie, 06 février 2012 à 10:07 | | Répondre
  • Et le pire je dirais c'est la famille votre famille qui vous "case" sans vous connaitre! Ou les gens qui jugent vos croyances san tenter de comprendre. Je m'en moque de ced que croit les autres, j'essaye de les prendre tel qu'ils/elles sont avec leurs creux et leurs bosses. Et oui certainement parfois je juge car après tout ne suis je pas qu'un être humain?

    Posté par victoire4, 23 février 2012 à 22:56 | | Répondre
  • LA REINE DES CASES

    Moi j'adore mettre les gens dans des cases, c'est ce que je préfère. Sinon je m'égare et je perds du temps. Donc par exemple une meuf avec un serre-tête BIM !classée coinçée du cul (mais non ! je t'asure !! elle peut être assez délire comme minette !!). Appellez moi quand vous avez un problème de cases : je suis la reine de l'échiquier.

    Posté par lapin malin, 17 mars 2012 à 12:59 | | Répondre
  • j'aime ton post...

    Posté par AC, 20 avril 2012 à 12:50 | | Répondre
Nouveau commentaire